COVID 19 : comment nourrir et réconcilier les 2 mindsets qui s’affrontent en nous dans les périodes d’incertitude ?

par | 27/04/2020

Jean Louis Prata

COVID 19 : comment nourrir et réconcilier les 2 mindsets qui s’affrontent en nous dans les périodes d’incertitude ?

conte amerindien : les deux loups

La crise du covid que nous vivons actuellement m’évoque un conte amérindien, qui aborde le « combat » qui a lieu en chacun d’entre nous, que je vous propose ici dans une version adaptée.

Un enfant court vers son grand père, un grand guerrier Cherokee. Très énervé, il lui explique qu’il est victime d’une injustice. Son grand père lui raconte alors une histoire :

« Mois aussi, j’ai parfois ressenti une grande émotion, de colère, de peur ou de découragement face à des situations inquiétantes, injustes, et face à ceux que j’estime responsables de ces situations : Mais ces émotions te consument, t’épuisent et ne font aucun mal à ton ennemi ! C’est comme si tu t’injectais du venin de serpent pour empoisonner ton ennemi. J’ai lutté contre ce sentiment de nombreuses fois, et c’est comme si j’avais 2 loups en moi. En chacun d’entre nous il y a un combat terrible entre ces deux loups :  

  • Le loup noir est ténébreux. Il est la peur, la colère, l’envie, le chagrin, le regret, la rancœur, l’avidité, l’arrogance, la culpabilité, le ressentiment et l’égo.
  • Le loup blanc est lumineux. Il est la joie, la paix, l’amour, l’espoir, la sérénité, l’humilité, la gentillesse, la bienveillance, l’empathie, la générosité, la vérité et la compassion. »

L’enfant demande alors à son grand père : « qui est le plus fort entre ces deux loups ? »

« C’est celui que nous nourrissons le plus ! », lui répond son grand père…

L’histoire souvent racontée, pour ceux qui la connaissent, s’arrête ici, mais il y a un épilogue pour en saisir toute la subtilité. Le garçon regarde le vieux guerrier et réfléchit, perplexe. Le vieux Cherokee sourit et reprend :

En fait les deux gagnent :

  • Car contrairement aux apparences, le loup noir a aussi de nombreuses qualités : la ténacité, la bravoure, le pragmatisme, l’efficacité, et une forte détermination. Des qualités qui parfois me sont nécessaires et qui font défaut au loup blanc.
  • Si je choisis de ne nourrir que le loup blanc, le loup noir se cachera en attendant que je sois distrait ou faible pour me sauter dessus. Il se manifestera pour demander l’attention qu’il recherche et qui le nourrit. Il sera toujours fâché et en lutte avec le loup blanc. Mais si je reconnais aussi les qualités du loup noir, il est alors heureux et le loup blanc est aussi heureux. Ainsi tout le monde gagne.
  • Le loup blanc a la compassion, le soin, la force, la capacité de reconnaître ce qui est mieux pour tous. Tu vois, le loup blanc a besoin du loup noir à ses côtés. D’un autre côté, n’alimenter que le loup noir t’use et tu t ’empoisonnes avec tant de haine, c’est pour cela que le loup noir a aussi besoin de l’énergie du loup blanc à ses côtés. Ne nourrir qu’un tuera l’autre de faim et celui-ci deviendrait incontrôlable ou absent.
  • Nourrir et prendre soin des deux signifie qu’ils te serviront bien et ne feront rien qui ne sera pas positif pour toi et pour les autres, vital ou grand.

Ce conte traditionnel amérindien fait écho aux découvertes récentes des neurosciences cognitives, en particulier celles qui font état d’une bascule mentale entre un « mode mental automatique » et un « mode mental adaptatif » et qui sont décrites et outillées par l’Approche Neurocognitive et Comportementale.

Notre « mode mental automatique » nous sert au quotidien pour gérer nos routines. Il se nourrit de situations simples ou maitrisées. Lorsque nous maitrisons les paramètres d’une situation, ce mode mental est probablement le plus efficace pour prendre une décision et nous permettre de mener à bien nos actions. Il s’agit des « bonnes habitudes » que nous avons développées et appliquons avec concentration, détermination et assurance, mais souvent aussi avec un fort besoin de reconnaissance. Lorsqu’il est confronté à l’inconnu, l’incertitude ou la complexité, c’est alors que notre mode mental automatique devient le « loup noir » du conte : étant programmé pour dérouler des processus figés avec détermination, il perd pied devant cette réalité qui ne rentre pas dans ses schémas, et enclenche du stress, comme pour nous alerter qu’il faudrait envoyer le loup noir dans sa tanière et faire appel au loup blanc.

Notre « mode mental adaptatif », siège de notre intelligence adaptative, s’apparente au loup blanc du conte. Il se nourrit de la nouveauté, de l’inconnu et même de l’incertitude. car c’est sa vocation principale. Il est capable de voir tout le potentiel qu’une situation comporte, fusse-t-elle en apparence périlleuse ou désagréable, tout en étant lucide et conscient des risques. Il observe avec lucidité et nuance les situations, nous permet de remettre en question nos certitudes et nos préjugés pétris de biais cognitifs, de réfléchir pour trouver des solutions innovantes, et de décider en assumant avec assertivité nos positions.

Essayons maintenant d’imaginer comment les 6 dimensions de nos 2 modes mentaux appréhendent la crise du covid 19, qui nous confronte à un niveau de complexité et d’incertitude rarement rencontré.

Mode mental automatique « Le loup noir »

Néophobie

La situation est inquiétante ! On risque gros individuellement et collectivement, je risque individuellement ma vie, celle d’êtres chers, mon travail, mes revenus ! Collectivement c’est un drame pour l’humanité, ça va conduire à une forte récession économique et une remise en cause de libertés chèrement acquises par nos ancêtres !  

Refus de ce qui dérange

C’est comme d’habitude : on veut économiser, le gouvernement n’anticipe jamais … Les énarques au pouvoir ont des réflexes uniquement économiques. Résultat, on n’a pas anticipé, on ne dispose pas de stocks de matériel, des ressources hospitalières, de tests, de traitements et de vaccins pour nous protéger du covid 19 !

Les français sont toujours irresponsables ! ils se promènent tranquillement en faisant fi des consignes de confinement et cela aboutit à la propagation du virus !

Binarité, simplification

Tout ça c’est à cause de la Chine, du gouvernement qui a réduit les dépenses de santé, des pangolins et des chauve- souris !

Certitudes

Cette pandémie est l’épreuve la plus dramatique que l’humanité ait eu à gérer depuis un demi siècle !

Empirisme

Les crises économiques comme celle que le confinement va générer sont dramatiques pour l’économie : on estime que le PIB de la France devrait diminuer de 3 à 4 % en 2020, que le déficit budgétaire pourrait atteindre 7% du PIB , comme en 2009 pour sauver les banques de la crise des subprimes. Vivement la fin du confinement pour que l’on puisse reprendre le travail, et continuer à produire comme avant pour renouer avec la croissance du PIB et retrouver la vie d’avant !

Image sociale

Aujourd’hui, la plupart des professions les plus valorisées socialement sont… au chômage technique ! alors que celles, moins valorisées socialement, qui sont essentielles à la survie de l’humanité sont sur le pont, avec courage et détermination ! Dès que les choses redeviendront normales, chacun retrouvera sa place.

Mode mental adaptatif « Le loup blanc »

Curiosité

La situation est certes inquiétante, toutefois n’est-elle pas elle digne d’intérêt ? Elle réinterroge nos convictions profondes, nos pratiques, elle challenge la capacité d’adaptation, de résilience et de solidarité de nos sociétés face à l’ampleur et l’imprévisibilité du phénomène.

 

Acceptation de ce qui dérange

 

Certes, toutefois la pandémie est là et nous devons la gérer. A quoi bon chercher des coupables, cherchons plutôt des solutions en prenant en compte la réalité à laquelle nous sommes confrontés. Respect aux professionnels de la santé qui ont su rapidement multiplier les capacités d’accueil en réanimation, tester des remèdes, Respect aux professionnels des secteurs essentiels à la vie (alimentation, eau, électricité, télécom…) de continuer à travailler pour assurer nos besoins essentiels, et au gouvernement d’avoir eu le courage de nationaliser les effets économiques du confinement.

Nuance

De nouveaux virus peuvent apparaitre n’importe où, n’importe quand… certains avancent que la réduction des espaces laissés aux animaux sauvages contribue aux interactions favorables à la transmission inter espèces des virus.

Nous bénéficions de la formidable capacité de production des Chinois depuis des années pour améliorer notre niveau de vie.

Rappelons-nous aussi que, en tant qu’opinion publique, nous faisons pression sur les gouvernements pour diminuer les impôts et les charges sociales qui servent à payer notamment l’hôpital, la gestion des stocks de matériel… peut être voulons nous un peu trop le beurre et l’argent du beurre ?

 

Relativité

Certes, le covid 19 va provoquer un nombre colossal de décès dans le monde (165 000 à date, je précise que j’ai malheureusement perdu un parent il y a une semaine…) … toutefois d’autres maladies sont beaucoup plus mortelles et nous inquiètent moins, comme les maladies cardiovasculaires et les AVC qui font 15 millions de victimes par an dans le monde et les accidents de la route près de 2 millions… Quels moyens mobilisons-nous pour prévenir ces risques-là ?

Réflexion

Cette crise sanitaire est inédite sur un point précis : pour la première fois, la plupart des pays du monde a privilégié l’humain et la vie, au détriment de l’économie et de la finance.

Et si nous profitions de cette terrible expérience pour changer, ensemble ? Nous avons appris à travailler à distance quand c’est possible, à limiter nos dépenses à ce qui est essentiel pendant quelques semaines, à voir les limites de l’ultralibéralisme lorsqu’il s’agit de la santé et de la nourriture, à réduire nos émissions de CO², à privilégier l’économie circulaire pour alimenter les commerces de première nécessité, à prendre conscience de la nécessité de revaloriser les rémunérations de celles et ceux qui font un travail essentiel à la survie, …

Individualisation

C’est peut-être l’occasion de repense en profondeur nos modes de vie, nos façons de consommer, de travailler, de partager, de préserver l’environnement dans nos activités, et de faire ce qu’il faut pour rester en bonne santé et développer nos propres défenses immunitaires ?  

Qu’est-ce que je décide de changer, à mon niveau ?

Notre « loup noir » est repu, dans cette période d’incertitude et de risque, au point qu’il risque d’écraser notre loup blanc : il est plus que jamais temps de nourrir notre loup blanc en activant notre intelligence adaptative afin de construire un avenir positif pour l’humanité.

Jean-Louis Prata

Séance découverte

Participez à une séance découverte de l’Approche Neurocognitive et Comportementale (ANC).

Livre Blanc

Téléchargez le Livre Blanc de l’Intelligence Adaptative réalisé par l’Institute of NeuroCognitivism.