Exercice « confinement » : le pack aventure

par | 27/04/2020

Céline Butin

Exercice « confinement » : le pack aventure.

Après l’exercice de la multisensorialité, voici l’exercice du pack aventure qui vous permettra d’explorer sous tous les angles une situation perçue négativement et réduire votre stress (anxiété, énervement, colère, déprime…).

L’Institute of Neurocognitivism, expert dans la compréhension des comportements, vous propose, en effet, une série d’articles accompagnés de vidéos, pour découvrir comment, concrètement, mobiliser votre Intelligence Adaptative et retrouver un mieux-être.

Le biais de confirmation, ou comment notre cerveau retient ce qui confirme notre idée préconçue

Nous allons traiter aujourd’hui d’un fonctionnement spécifique de notre cerveau, plus connu sous le terme de biais cognitif : nous appréhendons tout ce qui nous arrive au travers de lunettes qui donne une vision spécifique sur la situation.

En d’autres termes, nous ne regardons généralement que certains aspects d’une situation et avons du mal à changer de lunettes pour regarder d’autres aspects. Cela correspond particulièrement au biais de confirmation.

A force de voir des masques, d’entendre des mots comme guerre, de dénombrer le nombre de morts, …, parfois, malgré nous, nous nous focalisons sur le côté négatif de la situation, ce qui n’est pas mauvais en soi mais peut générer anxiété (j’espère que je ne vais pas l’attraper), colère (mais que fait le gouvernement), déprime (je ne sais pas comment on va s’en sortir) …

Voici donc un exercice que je vais faire avec vous et que vous pourrez refaire sur vos situations réelles. Pour le réaliser, vous pouvez télécharger la feuille de l’exercice « pack aventure » et l’imprimer ou la recopier. Les chiffres indiquent l’ordre de remplissage du tableau.

L’exercice du pack aventure, ou comment forcer notre cerveau à se libérer de certains biais cognitifs dont celui de confirmation ?

Je vais partir d’une situation qui peut être la mienne. « C’est insupportable de rester enfermé comme ça ! ».

Que me dit mon biais de confirmation : c’est vrai, je n’ai plus de contacts extérieurs, je me sens fliqué dès que je sors, c’est une atteinte à ma liberté, je m’ennuie entre quatre murs, mes enfants sont bruyants, …

Je vais noter tout cela dans une colonne tout à droite de ma feuille : ce sont les inconvénients de la situation que je perçois négativement.

Au contraire dans l’idéal moi j’aimerais sortir quand bon me semble. Car cela me donne un sentiment de liberté, je peux mieux organiser mon temps, je ne m’ennuie pas, j’échappe aux cris de mes enfants… Ce sont les avantages de la situation idéale que je voudrais… et vous voyez mon biais de confirmation : les avantages de la situation idéale sont les opposés de la situation que je n’apprécie pas. Notons-les sur une colonne tout à gauche de la feuille.

On va maintenant changer de lunettes. N’y aurait-il pas des inconvénients à sortir quand bon me semble ? Là on commence à buter… mais en se laissant du temps viennent des réponses. Par exemple : je suis plus exposé, je risque de rencontrer des gens qui ont le virus, je pourrais rencontrer des policiers et payer une amende… et on se force à trouver le plus grand nombre de réponses possibles avec lesquelles on est en accord. On note tout cela sur une troisième colonne, juste à droite de celle qu’on vient de remplir.

Et là on va s’assurer que nos lunettes sont bien accrochées car nous allons chercher les avantages à rester enfermé. Tiens par exemple : cela faisait un moment que je voulais réaliser tel bricolage, je vais enfin pouvoir le faire, c’est l’occasion de prendre de la hauteur sur mon travail : prioriser mes tâches, me former à distance sur ce sujet qui me tient à cœur ou qui me rendra plus efficace dans mon travail, ne voir mes collègues que pendant les conférences téléphoniques, c’est plus reposant ; je joue avec mes enfants : ça améliore notre relation… Je note ces arguments dans la colonne située entre la première et la troisième que nous avons remplies.

Et là on prend le temps de relire l’ensemble et, plus en détails, les 2 colonnes centrales… on découvre même des choses étonnantes : par exemple, là où l’on pensait que sortir quand je le veux me permettait de mieux gérer mon temps, on s’aperçoit que rester enfermé permet de gérer les priorités…

Quel est maintenant mon degré d’intolérance à rester enfermé : je m’aperçois qu’il a baissé.

Qu’est-ce qui a changé ? Ce n’est pas la situation mais bien mon regard sur cette situation. Cela ne veut pas dire que je pense que c’est bien (quoi que…) mais, a minima, je suis moins réactif : je peux ainsi passer de la réactivité émotionnelle à l’action réfléchie (bricoler, jouer avec les enfants, prioriser mes tâches, me former, etc.).

N’hésitez pas à refaire cet exercice lorsque vous sentez monter une irritation ou une colère vis-à-vis d’une situation ou vis-à-vis du comportement d’une personne.

Nous espérons que cet exercice a eu un effet bénéfique pour vous et vous donnons rendez-vous prochainement pour une nouvelle vidéo avec un exercice différent.

Séance découverte

Participez à une séance découverte de l’Approche Neurocognitive et Comportementale (ANC).

Livre Blanc

Téléchargez le Livre Blanc de l’Intelligence Adaptative réalisé par l’Institute of NeuroCognitivism.