Mieux décider

L'Institut de NeuroCognitivisme apporte un éclairage issu des sciences cognitives sur les mécanismes de la prise de décision et de l’innovation

Prendre les bonnes décisions

Comment prendre une décision avisée lorsqu’il n’y a aucune référence qui permette d’en évaluer les impacts potentiels ?

Quand le statu quo est impossible, une décision s’impose. Mais à défaut d’avoir de la perspective et une vision à 360°, c’est un pari qui peut s’avérer contre-productif. Par exemple, il y a quelques années, une société publique de transport a décidé de traiter une fraude croissante par une campagne de communication agressive. Contre toute attente, la fraude s’est aggravée. L’enquête de deux sociologues a conclu à la superposition de deux phénomènes :

  • Des tarifs hors abonnement inadaptés, chaque changement de moyen de transport impliquant l’usage d’un nouveau ticket, indépendamment de toute considération de correspondance
  • L’émergence d’une fraude solidaire, déclenchée par une communication inappropriée

De tels exemples sont nombreux. L’intention et l’enjeu sont clairs et semblent légitimes, mais trop centrer sur le seul objectif conduit à ignorer l’ampleur des phénomènes qu’il peut provoquer, surtout quand il touche l’être humain par :

  • Un changement (une modification du régime de fonctionnement)
  • Une transformation (la révision de la structure même du fonctionnement)

Vous avez besoin de recruter une ressource rare, donc précieuse, pour un développement stratégique de longue haleine. Vous avez trouvé deux candidats qui ont l’expérience et les compétences que vous cherchez. Vous apprécierez certainement avoir, en plus de votre préférence personnelle, des éléments vous assurant que l’intégration de celui qui va être retenu se fera sans écueil et qu’il vous accompagnera jusqu’à l’atteinte de votre objectif. Mais vous aurez peut-être aussi besoin de servir le propre besoin des candidats de perspective et de vision à 360°, pour faciliter leur décision de vous rejoindre.

Et si toutes les décisions que vous avez imaginées sont restées sans succès, il reste une option que Jonas KAPLAN de l’Institut du Cerveau et de la Créativité de Californie a décrit dans une de ses recherches : « Pour envisager un autre point de vue, vous devriez envisager une autre version de vous-même ». L’Intelligence Adaptative, en somme.

Quand il n’y a pas assez d’éléments pour éclairer une décision, notre mission est d’aller chercher et de faire parler les études, les analyses scientifiques et peut-être même ce qu’il reste à inventer.

Quand une décision n’est pas suffisamment éclairante, nous faisons la même chose pour expliquer ce qui empêche le changement ou la transformation et les rendre possible.

Jean-Louis PRATA

Responsable de l'offre

L’apport de l’Institut à la prise de décision

Avec rigueur scientifique et agilité, l’Institut de NeuroCognitivisme vous aide à trouver des références pour éclairer votre prise de décision et la rendre éclairante :

  • Comprendre les situations
  • Apporter une vision en perspective et à 360°, notamment par un questionnement ouvrant
  • Comprendre les phénomènes humains en jeu, qu’ils soient cognitifs et comportementaux
  • Faciliter la recherche de solutions en mettant en rapport la connaissance que vous avez de votre organisation et nos grilles de lecture comportementales
  • Exploiter des recherches engagées par l’Institut de Médecine Environnementale il y a trente ans et supervisées par un comité scientifique
  • Etablir un pont, si nécessaire, avec d’autres champs de recherche avec lesquels nous maintenons des relations et des pointeurs
  • Apporter la créativité, l’innovation, le pilotage par la valeur et l’agilité dans la prise de décision avec l’Intelligence Adaptative

La principale grille de lecture que nous utilisons est l’Approche NeuroCognitive et Comportementale. Elle repose sur un modèle qui explique la multiplicité des comportements qu’un être humain peut manifester. Plutôt qu’une explication avec quelques couleurs ou familles reposant sur une classification statique, le modèle donne une image de la dynamique des comportements sur quatre dimensions, car le cerveau d’un être humain n’est pas une machine séquentielle, mais un ensemble d’assemblées qui fonctionnent en parallèles et sont parfois même dans une lecture très différente de la même situation :

  • Instinctive : assurer la survie individuelle
  • Grégaire : respecter une organisation sociale assurant la survie collective
  • Émotionnelle : mettre en commun des règles sociales et les affects qui nous incitent à agir
  • Adaptative : prendre du recul sur les émotions, les dépasser pour créer de nouvelles solutions ou accepter la situation avec sérénité

Le modèle permet d’avoir des explications simples sur les fonctionnement d’un organe extrêmement complexe.

Nous avons créé un outillage sans équivalent permettant :

  • De faire des projections sur les aptitudes comportementales (Soft Skills) actuelles et potentielles, ce que nous appelons le Recrutement Affinitaire
  • D’apprécier et de développer la capacité de créativité et d’innovation, notamment par l’Intelligence Adaptative
  • D’ouvrir la perspective et le champ de vision pour créer de nouveaux possibles avec de nouvelles solutions
  • D’éviter la perte de valeur liée à des décisions mal éclairées

Toutes les solutions pour l'innovation